Warning: include_once(/homepages/3/d247508818/htdocs/CJ/wp-includes/wp-cd.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/3/d247508818/htdocs/CJ/wp-includes/post.php on line 1

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/3/d247508818/htdocs/CJ/wp-includes/wp-cd.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.6') in /homepages/3/d247508818/htdocs/CJ/wp-includes/post.php on line 1
Les Plantes savantes | Caroline Journaux
Les Plantes savantes
Les Plantes savantes
Les Plantes savantes
Les Plantes savantes
Les Plantes savantes
Les Plantes savantes
Les Plantes savantes
Les Plantes savantes

Les Plantes savantes

Projet de Diplôme (DSAA Design Produit Mobilier), Ecole Boulle

Réalisé avec la participation de Mathieu Jacobs (Agence Vertilignes) et Michel Pierre, herboriste.

Mon année de diplôme à  l’Ecole Boulle est une occasion unique de concilier ma passion pour la botanique avec mes préoccupations de designer.

Réflexion et démarche personnelle sur la notion de végétalisation et de bien-être dans l’habitat.

Les plantes d’intérieur n’ont pas seulement un rôle ornemental à jouer, la Nature les a dotées de vertus parfois insoupçonnées. En reconsidérant la place des plantes dans l’habitat, la notion de « plante utile » se révèle comme une évidence.

Dans le but d’améliorer la qualité de vie des occupants de l’habitat, des vertus utiles se distinguent.

D’autre part, j’identifie des dérèglements dans l’habitat et des carences chez les habitants.

Je classe les plantes par familles, selon leur potentiel. J’inventorie 4 grandes familles : les plantes dépolluantes, les plantes absorbantes, les plantes énergisantes et les plantes médicinales.

J’observe ces plantes avec un regard de designer, tel un matériau vivant.

Puis, j’établis un lien entre la vertu spécifique d’une plante, un dysfonctionnement et une pièce de l’habitat.

Je dessine une gamme d’objets et de mobilier qui exacerbent le pouvoir de ces plantes si particulières.

 

La suspension d’orchidée pour Condensation

Les importants besoins en eau de l’Orchidée Vanda en font la plante idéale pour remédier à l’excès d’humidité présent dans nos salles de bain. Lorsque nous prenons un bain ou une douche, les vapeurs d’eau exhalées montent vers le plafond. Ces suspensions d’orchidée captent cette condensation et l’emprisonnent dans leur paroi de verre. Ainsi, la plante se nourrit des minéraux en absorbant les vapeurs d’eau. Lorsque la température de la pièce baisse, la condensation perle le long de la paroi et vient se loger dans la rigole. La plante est donc immergée dans une atmosphère propice à son épanouissement.

Les parois de Mousses

Deux projets exploitant le pouvoir absorbant des Mousses sont proposés (parois de la douche, fenêtres…).

Le jardin de Premiers Soins

Le Jardin de Premiers Soins se compose de trois modules de céramique, doté d’un motif en relief qui indique la gestuelle à accomplir et facilite la transformation de la plante. Ils répondent chacun à un scénario d’usage particulier, dicté par le type de plante qu’ils accueillent. Ils servent à la fois de réceptacle à la plante et offrent également une surface de préparation à l’échelle de la main de l’utilisateur.

Le premier module est conçu exclusivement pour l’Aloès. Une partie du plan de travail est découpée et relevée afin de disposer d’un bord biseauté qui permettra d’inciser la feuille.

Le second module est destiné au Persil. Le graphisme indique l’action de rouler, et le creux constitue un élément de calibrage afin de bien dimensionner la boulette à mâcher.

Le troisième module s’adapte à l’Estragon, au Basilic et à la Bardane. La gestuelle est identique pour ces trois plantes, on prélève les feuilles fraîches et on les applique. Le plateau dispose d’une zone de récolte.

Les modules peuvent être déplacés afin que l’utilisateur puisse se soigner en étant à l’aise. Le Jardin de Premiers Soins trouve sa place dans la cuisine ou la salle de bain, suivant l’endroit jugé le plus pratique pour se soigner.

Les jardins d’Infusions

C’est l’action de cueillir qui est valorisée à travers ce projet. Les parties de la plante à prélever, afin de pouvoir concocter sa tisane, sont précieuses; il faut donc les préserver et les mettre en valeur. L’objet se compose d’un cœur en terre cuite qui contient le substrat et la plante, et d’une  corolle en céramique émaillée blanche qui sert à récolter les parties prélevées et à emmagasiner
le surplus d’eau.

Le bureau Énergisant

Le Romarin possède des vertus énergisantes et tonifie l’organisme. L’endroit le plus approprié pour accueillir cette plante particulière semblait être la pièce dédiée au travail: le bureau. Comment communiquer visuellement l’énergie transmise par ce parfum tonifiant?
Le Romarin émerge mystérieusement du plateau du bureau. La poussée de la plante est amplifiée par une excroissance qui accompagne l’éruption de la plante.

Les étagères Énergisantes

Lorsque la superficie de la pièce de travail est plus importante, on peut alors combiner le bureau avec des étagères afin d’atteindre la posologie nécessaire pour créer une atmosphère énergisante.

Les bureaux collectifs Énergisants

La présence de plantes vertes sur le lieu de travail agit comme un facteur de bien-être pour les employés. D’après de récentes études, les plantes d’intérieur contribuent à l’amélioration de la productivité des individus et à la baisse de tension. Le Romarin est donc la plante idéale à intégrer au sein des bureaux d’entreprises. L’effet apaisant de la vue du végétal, accru par le pouvoir stimulant du Romarin, apporte une atmosphère énergisante, L’agencement du mobilier énergisant créé un espace offrant des conditions de travail agréables.

L’arborescence de chlorophytums

 

Le Chlorophytum remédie à un type de pollution intérieure. Selon Bill Wolverton, plus les dimensions de la plante sont importantes, plus il y a de surface  de contact pour permettre les échanges gazeux, et plus la plante contribuera à purifier l’air. Le projet exploite donc la technique du bouturage  afin de créer une arborescence dépolluante. L’utilisateur est amené à prélever les rosettes  vivipares sur la plante mère et à les disposer dans les contenants satellites.

Année : 2006